Le suicide au Québec prend de plus en plus d’ampleur. Sont nombreux, les personnes qui veulent s’ôter la vie, l’on indique 3 personnes par jour. Pendant que le cadre fédéral et normatif se mettent en place, les associations et le clergé s’activent pour intensifier la prévention.

Les chiffres parlent  d’eux même

  • 1105: en 2011, 1105 suicides ont été enregistrés au Québec, selon les données provisoires rapportées par l’INSPQ. De plus, «quelque 28 000 tentatives de suicide sont réalisées chaque année, ce qui témoigne encore d’un réel problème», indique l’Association québécoise de prévention du suicide (AQPS).
  • 3: un total de 1105 suicides en 2011 au Québec et 28 000 tentatives représentent l’équivalent de 3 suicides et 77 tentatives par jour.
  • 1976: il faudrait remonter à l’année 1976 afin d’observer un taux de suicide plus bas au Québec que celui de 2011. Ces données suggèrent donc que le taux de suicide continue de diminuer au Québec depuis le sommet atteint en 1999, où 1620 suicides ont été enregistrés.
  • 852: le nombre de suicides demeurent supérieurs chez les hommes au Québec avec 852 suicides en 2011, comparativement à 253 chez les femmes.
  • 35-49 ans: le taux le plus élevé chez les hommes au Québec se retrouvait chez ceux âgés de 35-49 ans entre 2009 et 2011. Chez les femmes, le taux le plus élevé s’observait chez les 50-64 ans.
  • 10e: le taux de suicide des hommes du Québec en 2011 se situait au 10e rang parmi une sélection de 22 États membres de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). Celui des femmes se situait au 9e rang.

Les mesures ont été prises, entre autres:

  • La semaine nationale de prévention du suicide
  • La ligne d’aide 1-866-APPELLE
  • Le nouveau cadre fédéral de prévention du suicide.

La note du clergé

Face à ce fléau le clergé s’active et apporte des solutions radicales, c’est notamment le pasteur Ronald Peloquin dans son article parlant du suicide, disponible sur le célèbre site chrétien enseignemoi.com où il explique le processus qui entraîne à penser au suicide comme solution :  on y est conduit quand la douleur dépasse les ressources qui permettent d’y faire face. Il conseille deux solutions : 1) Trouver un moyen pour réduire la douleur ou 2) Trouver un moyen pour augmenter les ressources pour y faire face.

Il en est de même pour le pasteur Claude Hode qui exhorte sur la réponse de Dieu au sujet du suicide et sur le fait que le suicide n’est pas une option, afin de libérer les personnes qui en souffrent au quotidien et prêt à passer à l’acte.

Besoin d’aide

Pour finir l’association québécoise de prévention du suicide met à la disposition du public des centres régionaux de préventions du suicide, trouvez ici la liste complète par région.

Publicités