1. Introduction

L’évangélisation chrétienne consiste à annoncer l’évangile (la bonne nouvelle, parole de Dieu), elle est l’occasion de faire connaître la foi chrétienne à des individus. Cette évangélisation est rendue possible par l’action du saint esprit envoyé par le christ aux apôtres à la pentecôte.

Dans cet essai, Il ne s’agit pas d’un cours de théologie, il est simplement question d’observer les apports des initiatives du web participatif dans la stratégie de diffusion du message évangélique.

Dans la bible, Mathieu 28 :19, Jésus dit : Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit (Version LSG).

C’est sans doute pour cette raison qu’une armée de chrétien sont à l’œuvre depuis plusieurs siècles afin de rependre l’évangile dans toutes les nations.

Si l’adhésion à la foi chrétienne est en effervescence aux Etats-Unis, Amérique du sud, Afrique; il n’en est de même en France et au Québec où l’on observe un découragement, ou même quelques fois un désaveu de la foi chrétienne.

Fort de ce constat le mouvement protestant ou plus précisément la tendance pentecôtiste francophone a embrassé les nouvelles technologies de l’information et de la communication comme l’un des leviers de la stratégie de diffusion du message évangélique. Comme nous le verrons, le  web participatif joue un rôle prépondérant depuis quelques années.

2. Structure de communications

En plus d’une meilleure qualité de vie se basant sur la morale chrétienne,   l’apport majeur d’une évangélisation réussi chez des individus, est la garantie de la vie après la mort. L’enjeu est donc capital et c’est donc par amour pour les autres, que les chrétiens d’obédience protestante francophone tout comme leur frères et sœurs  d’expression anglophones ont organisé leur stratégie d’évangélisation pour supporter les communications internes et externes à églises, y compris la collaboration entre théologiens du mouvement religieux.

  • Structuration interne

Il s’agit de supporter le système d’information de l’église. La plupart des églises disposent d’un réseau local, des ordinateurs connectés à internet et des applications de gestion des membres, des collectes de dons (dîme), des événements, de la formation de groupe  et de l’administration des services.  Ces applications maintiennent un fichier des membres et permettent donc d’entrer en communication direct avec ces derniers. Même si le courriel et le téléphone ont toujours été les moyens privilégiés de contact quel que soit le but de la communication, les églises ont également diversifié les canaux de communication incluant ainsi les médias traditionnels pour rencontrer d’autres individus à l’extérieur de l’église.

  • Structuration pour l’extérieur

Pour soutenir la communication de masse orientée vers l’extérieur, les églises se sont dotées des médias traditionnels tels que la radio et la télévision. Des séries d’émissions de diversement, d’enseignement et la vie de l’église sont alors disponibles dans un espace géographique plus ou moins large, touchant ainsi plusieurs milliers de personnes. Cette stratégique de communication a longtemps permis de voir des gens transformer et changer de vie pour suivre la foi chrétien. Cela pourrait s’expliqué simplement par la notion d’ «agenda setting» inventé par  McCombs et Shaw, qui décrit la fonction des médias de masses comme

« exerçant un effet considérable sur la formation de l’opinion publique, en attirant l’attention de l’audience sur certains événements et en négligeant d’autres. L’agenda setting « n’est pas de dire aux gens ce qu’ils doivent penser, mais sur quoi ils doivent concentrer leur attention ».

Dans la foulé de l’effervescence des réseaux sociaux et leur capacité de captation de l’attention, les églises se sont adaptés et mise en place des stratégies numériques afin de rencontrer plus du monde. Les sites internet avec des interfaces fluides et conviviales ont vu le jour, les pages Facebook et YouTube sont désormais disponibles. Les médias traditionnels longtemps réservés à un territoire donné ont vu leur portée devenir planétaire parce que diffusés dorénavant par internet.

Tout le contenu évangélique de l’église se retrouve ainsi sur les médias sociaux de façon continue, offrant des possibilités d’échanges dans les communautés d’internautes.  L’église passe ainsi au « degré zéro » de la participation à la participation effective telle que décrite par le sémiologue français Roland Barthes.

  • Collaboration des théologiens

Qu’il s’agisse de la traduction ou de l’interprétation de la bible, leur réalisation est fait dans un cadre institutionnel par des experts. Même s’il existe des outils collaboratifs support à la traduction des textes culturels, l’engouement des experts n’est pas populaire. Les initiatives auraient pu émerger afin de favoriser la collaboration de la communauté chrétienne tout entière pour traduire et interpréter la bible de façon collaborative et ouverte, surtout quand on sait qu’une interprétation est toujours relative et peut engendrer la création d’une nouvelle tendance religieuse, voir des sectes.

3. Rôles et besoins des acteurs

L’écosystème informationnel fait intervenir les acteurs suivants : les dirigeants d’église (pasteur, docteur, théologiens, évangéliste, apôtre), les chrétiens de l’église, les non-chrétiens (agnostique et athée) et l’organisation régulatrice du mouvement religieux.

La responsabilité des dirigeants est d’étudier continuellement la bible, d’en dégager des interprétations afin de produire des enseignements de qualité pour édifier les chrétiens. Ils ont pour mission, l’encadrement des chrétiens et l’évangélisation des non-chrétiens.

Les chrétiens ont besoin des enseignements pour leur permettre de marcher dans la bonne voie. La bible est le référent fondamental, elle doit être traduite, et les interprétations/commentaires doivent être disponibles et clairs pour en faciliter la compréhension.

Les non-chrétiens sont plus nombreux, ils doivent être rencontrés par tous les moyens médiatiques, pour recevoir la parole d’évangile afin de faire l’expérience d’une vie sauvée pour toujours.

Organisation régulatrice, est un regroupement d’églises qui décide de s’unir afin de préserver la doctrine et les pratiques du mouvement religieux. Les questions communes aux églises sont pour la plupart du temps débattues dans ce cadre. Deux exemples sont la fédération protestante de France et  les assemblées de la pentecôte du canada.

4. Pérennité des structures actuelles

  • L’imbroglio de l’offre évangélique protestante

Contrairement à l’église catholique qui a une organisation hiérarchisé stricte, avec une autorité au pouvoir suprême (le pape), d’autres mouvements chrétiens s’organisent autour des principes communs sans toutefois disposer d’une hiérarchie de pouvoir. Cet état de fait à contribuer à la prolifération des églises, chacune proclamant ou prétextant d’avoir reçu son autorité de Dieu lui-même.

L’offre évangélique augmente à un rythme effréné au gré de dénominations religieuses disséminées sur les réseaux sociaux tels que Facebook et YouTube. Tous se réclament du mouvement évangélique, alors que les enseignements et les pratiques sont différents, ce qui crée de la confusion dans l’esprit des chrétiens en premier et fait rigoler les non-chrétiens.

  • La circulation d’information et la crédibilité de la parole évangélique

Le contenu évangélique autre fois diffusé par des médias traditionnels vient à la rencontre du web participatif et suscite d’autres types de son de cloche notamment de la part des nouveaux blogeurs chretiens. Désormais les sources d’information se multiplient et entrent dans bien des cas en contradiction avec les églises bien établies et ayant un caractère jadis tribunitienne. C’est ce qu’observe

J. Liebling, un célèbre journaliste américain du siècle dernier, écrivait: « Freedom of the press is guaranteed only to those who own one. » On peut aujourd’hui le paraphraser ainsi: « Freedom of speechis guaranteed only to those who own ablog. » INF6107.

Pour expliquer l’égalité de valeur entre deux liens, l’un pointant vers un article d’une institution et celui d’un blogueur.

  • Le bruit : la vérité plurielle de la parole évangélique

L’instrument de référence à l’évangélisation est la bible, bien qu’elle soit numérisée et faisant l’objet des outils sur des plateformes comme Apple Store et Play store, il reste que le processus de traduction et d’interprétation soit l’apanage des experts à l’instar de L’alliance biblique universelle et la société biblique canadienne. A en croire cet article sur les technologies de traduction biblique, la collaboration est régi à l’intérieur de l’ICAP (Institut d’édition assistée par ordinateur)  qui propose des logiciels permettant la prise en charge des activités de traduction et de publication des bibles, le logiciel paratext.org en est une illustration. Il existe une approche de collaboration qui a favorisée la constitution d’une bibliothèque numérique mondiale des bibles en fonction des langues, mais cette initiative reste encore restreinte dans un cadre institutionnel et donc fermée à la participation au sens du web social.

Il en est de même concernant l’interprétation biblique qui a longtemps été réservé aux spécialistes pour des raisons évidentes de multiplicité de sens; la bible a d’ailleurs été interdite aux chrétiens catholiques par le pape Grégoire IX (1227-1241). Selon l’article sur l’introduction à la bible du site lueur.org, l’interprétation, aussi officielle soit-elle peut être incorrecte. Aujourd’hui avec le web social, force est de constater qu’ils existent une pléthore d’interprétations bibliques au gré des mouvements religieux. Le défi sera  de favoriser la collaboration ouverte des activités de traduction et d’interprétation, pour laisser émerger la vérité.

  • La rareté des dons

Les églises se développent grâce aux dons des chrétiens, le financement des structures de communications est donc tributaire de ces dons. D’ailleurs c’est la raison pour laquelle la fonctionnalité de don est rendue aisée et disponible sur chacun des sites internet des organisations chrétiennes.

5. Tendances actuelles

  • L’église et les médias sociaux

De plus en plus les églises misent sur la technologie pour rencontrer les individus à l’extérieur. A l’observation une église commence avec un site internet vitrine et de deux pages Facebook (l’un pour l’église et l’autre pour le responsable de l’église). Les messages évangéliques ainsi enseignés chaque semaine sont ensuite relayés sur la toile. Commence alors des activés de partages, commentaires ainsi que les actions sentimentales sur Facebook.

Ces besoins de communication et de participation atteignent un tout autre niveau lorsque l’église souhaitant diversifier ses médias de communication, réalise les avantages de la vidéo dans l’espace médiatique, créée aussitôt des éditions vidéos des enseignements et les publie à une fréquence soutenue sur YouTube. Tous ces contenus font l’objet de participation de la part des internautes, permettant ainsi à communiquer la parole de Dieu dans un environnement nouveau.

  • L’église en ligne et en direct

Sont nombreuses, les églises qui investissent pour le développement des outils leur permettant de rendre leurs réunions accessibles à travers la toile au même moment qu’elles ont lieu. Cette diffusion en direct est également accompagnée d’un espace d’échange entre les spectateurs, leurs permettant de commenter l’enseignement en cours. Certaines églises par contre ont recours à une solution de moindre coût tel que YouTube pour leur direct.

  • La formation biblique à distance

La formation biblique est organisée par certaines universités publiques ou institut chrétienne, ou encore par certaines églises elles mêmes. Dans ce domaine, l’on observe une adaptation des cours au concept de CLOM (cours en ligne ouvert et massif) ou MOOC (massive open online course en anglais).

  • Le blogueur chrétien

Dans un contexte où il y a aucune autorité religieux légitime (voir point 4, imbroglio de l’offre évangélique protestante) ou chacun crée son église en fonction de sa compréhension/interprétation de la bible, il est courant de voir l’émergence des blogueurs chrétiens qui vont à contre-courant des mouvements chrétiens établis. Parlant de la contre-démocratie, Pierre Rosanvallon, met en exergue les 3 facteurs de la démocratie, je crois que ces éléments s’accordent bien avec le mouvement des blogueurs chrétiens.

La prise de parole : Le réseau abaisse le coût d’accès à l’expression. L’opinion publique peut ainsi émerger d’une opinion individuelle, sans devoir être organisée et structurée. Nous retrouvons l’agora grecque.

Le débat : Si le débat est ce moment où l’on peut changer son point de vue après s’être confronté aux opinions contradictoires, il faut alors voir Internet comme une échappatoire à la confrontation (on se réfugie dans la communauté qui pense comme nous).

L’agir en commun : « Internet facilite plus facilement les actions en opposition que la construction d’enjeux positifs. »  Internet ne permet pas de bâtir facilement un consensus, mais il permet de faire ressentir rapidement un refus. L’affaire Trent Lott en est un bon exemple.  INF6107

Ces facteurs peuvent expliquer la prolifération des églises dont nous observons aujourd’hui dans le mouvement protestant.

  •  La formation des groupes chrétiens

L’une des observations que l’on peut faire, est celle de la formation des petits groupes qui se réunissent dans un lieu pour échanger à propos de l’évangile. L’utilisation du média social Meetup en est le support.

  •  L’émergence des plateformes d’évangélisation et d’enseignement

Dans le paysage évangélique francophone, deux sites représentent des succès story quant à leur capacité à proposer des contenus de qualité avec la possibilité d’effectuer les interactions sociale : topchretien.com et enseignemoi.com.

TopChretien.com : L’évangélisation sur internet

2017-01-05-01_44_51-topbible-topchretien

Portail crée en 1999 par une organisation chrétienne dont les vocations sont d’annoncer l’évangile sur internet, d’encourager les chrétiens au travers d’Internet et les aider à grandir spirituellement. Ce portail offre des outils tels que :

PassLeMot : outils d’encouragement quotidien par sms disponible sur AppStore et Google Play.

MyStory.me : permet aux internautes de raconter leur histoire avec Jésus en ligne, l’histoire est taguée et peut être aimée et partagée.

ConnaitreDieu.com : lancé en 2001, ce site sert à présenter l’évangile, un parcours interactif vers Jésus qui se termine par une prière.

ComprendreDieu.com : Site d’évangélisation tourné vers la défense de la foi chrétienne.

JeVeuxMourir.com : Aide à la prévention du suicide.

JesusMonAmi.com : Site d’évangélisation pour tout petit.

Tous ces outils génèrent près de 11.5 millions de visite par mois.

Enseignement.com : L’enseignement sur internet

2017-01-05-01_38_21-enseignemoi-com

EnseigneMoi est un site chrétien d’enseignement et d’études bibliques qui contient les ressources nécessaires pour aider à réussir votre vie chrétienne. Ce site rassemble du contenu provenant des enseignements d’un grand nombre de dirigeants chrétiens. Ces contenus sont de natures variées (vidéo, audio, textes). L’on peut alors telle une encyclopédie, rechercher un enseignement en fonction d’un thème particulier ou même d’un pasteur. Il totalise selon le site  w3snoop.com, une fréquentation de 1 550 971 visites uniques chaque mois. 

6. Tendance à court terme

Cette année, j’imagine qu’il y aura une densification dans la création et l’utilisation des outils mobiles destinés au partage, la publication, la discussion ainsi qu’au réseautage,  principalement pour le soutien dans la prière et à la formation des groupes.

  • Média sociaux de prière

De plus en plus, l’on observe les outils qui permettent de construire une conversation autour de l’objet social « prière ». Un usager peut demander de la prière à un ami ou un ensemble d’amis. La conversation peut alors débuter autour de ce besoin. Hozane est l’un de ces outils. Certaine application telle que PrayForMe va plus loin en intégrant la micro messagerie Twitter en son sein. La tendance va se développer  et se confirmer tout au long de cette année.

  • Formation de groupes de prière

L’évangélisation de rue est une activité de plus en plus courue par les chrétiens. Ils se donnent des rendez-vous pour aller faire de l’évangélisation de rue. Plusieurs églises locales encouragent les groupes de prière de maison. Facebook et Metup seront encore fortement utilisés pour l’occasion.

  • Eglise à distance

Tous les chrétiens n’appartiennent pas à une église, certains préfèrent s’organiser en communauté dans le but de partager la parole évangélique. Contrairement à une église classique où le dirigeant (pasteur) est l’autorité, dans ce type de groupe, la structure est plus ou moins stable et égalitaire. Pour supporter la communication entre les membres pendant les rencontres, l’outil Skype est mis à contribution.

 

7. Tendance à moyen terme

Pour une échéance de 5 ans, nous allons voir émerger les plateformes ouvertes favorisant le filtrage collaboratif et les systèmes de réputation.

  • Ouverture et extension des médias

Une première étape était la numérisation de la bible qui est disponible en plusieurs formats de fichiers (XML, SQLite, JSON, etc…), de  différentes versions et langues. Ces documents accessibles ici permettent aux créateurs de sites Web et d’applications mobiles de l’utiliser dans le cadre de contrats de licence passés avec les associations bibliques qui les créent.

Tout comme les sites Topchretien et Enseignemoi.com, les innovations vers des plateformes vont voir le jour avec des possibilités d’intégration via les API afin de  densifier les échanges entre applications autour des contenus évangéliques.

  •  Filtrage collaboratif et « découvrabilité » de la vérité évangélique

Avec l’accumulation des données au fil des années et le web social aidant, l’information, produite sera agrégée socialement, et offrira des résultats intelligents, nous allons observer la naissance des plateformes de contenus à objets sociaux variés, car comme l’indique le slogan du conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) relatif au sommet de la découvrabilité, je cite : «Dans un monde de choix … à l’ère de l’abondance… la découvrabilité est essentielle.».

Nous verrons alors l’émergence et l’utilisation intensive du filtrage collaboratif pour donner à l’information sa véritable valeur du moment où celle-ci a fait l’objet des filtres par d’autres humains (chrétiens et non-chrétiens). Il faut ajouter à cela, que la vérité émergera également par des systèmes de réputation de l’information et des personnes qui sont :

 Un genre spécial d’algorithme de filtrage en collaboration qui détermine les classements pour un ensemble d’agents fondés sur les opinions que ces agents ont les uns des autres. Un système de réputation collecte, répartit et rassemble les réponses (feedback) concernant le comportement passé des participants. » Pour plus d’information Sagesse en réseaux : la passion d’évaluer par Gloria Origgi (2008).   INF6107

8. Tendance à long terme

Vers un horizon de 20 ans, l’on peut imaginer 2 innovations majeures qui s’adossent, l’une sur une prospective cybernétique (Pasteur virtuel et holographie 3d) et l’autre plutôt collaborative (l’interprétation et la traduction biblique participatives et ouvertes)

  • L’interprétation Biblique ouverte

Nous avons vu que la pérennité des structures actuelles de communication passe avant tout par la qualité de la traduction et de l’interprétation biblique qui sont aujourd’hui l’apanage des experts. Atteindre une ouverture de ces activités sera une exigence dans le future. Le parallèle peut être fait avec l’article vu en cours concernant le futur de la science, qui explique, je cite :

Nous devrions viser à créer une culture scientifique ouverte où autant d’informations que possible est déplacé des têtes et des laboratoires des personnes, sur le réseau, et dans les outils qui peuvent nous aider à structurer et filtrer l’information. Cela signifie tout – les données, les opinions scientifiques, les questions, les idées, les connaissances folkloriques, les flux de travail et tout le reste – les œuvres. Les informations qui ne sont pas sur le réseau ne peuvent faire aucun bien.

Tout comme lui, je pense que nous allons atteindre une sorte d’ouverture extrême en créant des outils conviviaux en ligne et également faire en sorte que les changements culturels nécessaires à ces outils soient acceptés.

  • Pasteur virtuel et holographie 3d

hologramme

Avec la masse d’information disponible et grâce à l’intelligence artificielle notamment au modèle connexionniste qui permet aux machines d’apprendre de l’expérience tout comme le cerveau humaine, il sera possible d’observer l’émergence des outils possédant des habilités de raisonnement. Ces outils vont augmenter nos capacités et influencer radicalement nos comportements. Bien que Haugeland, professeur à Chicago, dans son livre « L’esprit dans la machine », rappelle la difficulté de l’intelligence artificielle à reproduire l’intelligence humaine, parce que le calcul brut, fondé sur la logique formelle, s’accommode mal de la logique sémantique humaine (« comprendre la signification des symboles ») INF6107, il s’agira tout au moins de simuler le raisonnement humain sur des réflexions bibliques et évangéliques.

Tout comme les assistants vocaux d’Apple et de Google,  Siri ou GoogleNow, les assistances à l’avenir vont s’améliorer au gré des capacités innovatrices de l’ingénierie de connaissances pour devenir de véritables assistants spirituels. Il sera ainsi possible de posséder un pasteur virtuel à la demande, qui pourra répondre à tous nos questions évangéliques et même nous enseigner et solutionner les difficultés existentielles courantes.

Avec la démocratisation de l’holographie à venir, l’on imagine bien que le pasteur virtuel pourra apparaître dans l’espace, rendant ainsi l’expérience de communication beaucoup plus réelle.

 

9. Conclusion

Par amour pour son prochain, les églises protestantes évangéliques se sont adaptées à l’ère du numérique et à la culture de la participation prônée par le web 2.0. Nous avons observés la pénétration progressive des médias sociaux dans les églises comme complément aux médias traditionnels existants. Un constat est clair ! Les médias sociaux favorisent la formation des groupes de prière et d’évangélisation avec une facilité et rapidité déconcertantes. Cette tendance va à coup sûr se maintenir dans le temps car comme nous l’avons observé, Il s’agit avant tout d’un retour du « capital social » dont parle Clay Shirky (Clay Shirky. 2008. Here Comes Everybody. Penguin Press.).

Toutefois avec la montée du web social et ses multiples sources d’auto publication (blogues, micro blogues, forums, réseaux sociaux), qui légitiment le droit à la prise de parole et le débat, l’information évangélique a rencontré de vives résistances quant à sa véracité, elle-même issue des interprétations ambigües et questionnables de la bible.

Prospectivement nous allons nous attendre à un retour à la normal au gré du filtrage collaboratif et des systèmes de réputation au fil du temps afin de laisser entrevoir la vérité.

 

Publicités